Lubino 1812

Aller en bas

Lubino 1812

Message  Raphaël le Lun 14 Aoû - 22:36

Août 1812, après la prise de Smolensk, l'armée française poursuit inexorablement sa marche sur Moscou. Les forces russes sous le commandement de Barclay de Tolly doivent retenir la poussée française pour permettre aux bagages, aux fourgons et au gros de l'artillerie russe de s'échapper. Ney sous le suprême commandement de Murat et appuyé par le corps westphalien de Junot doit s'emparer du village de Lubino et de ses hauteurs. La division Gudin détachée du Ier Corps est la première à lancer l'attaque. Pendant qu'une brigade d'infanterie légère s’occupe de nettoyer les bois infestés de jaëgers russes, une brigade d’infanterie de ligne avec Gudin en tête tente d'enlever le village. Les troupes wurtembourgeoises alliées aux français investissent également les bois et réduisent au silence les tirailleurs russes. L'assaut est repoussé par les grenadiers russes qui tiennent fermement le village. Cependant, les bois sont nettoyés. Il ne reste que 500 malheureux tirailleurs russes sur l'ensemble de la brigade qui continuent de s'accrocher aux sapins et qui tiennent tête aux tirailleurs français. Sur la droite une division de cavalerie légère française contourne les bois mais se fait surprendre de flanc par une horde de cosaques. L'attaque cosaque est brisée mais les cavaliers russes s'enfuient sur les arrières de la colonne de Gudin, causant une grande pagaille, faisant fuir l'artillerie de corps et pourchassant Murat et son état-major. Une partie des cavaliers français poursuivent les cosaques tandis que l'autre partie poursuit sa manœuvre. Pendant ce temps, le gros des forces de Ney contournent les bois par la gauche et viennent au pied des hauteurs où il rencontre le reste de la division des grenadiers russes. La première attaque française est un échec cuisant : les cavaliers qui ont traversé la rivière pour grimper sur les hauteurs se font massacrer par l'infanterie russe formée en carré. Quant aux grenadiers russes en contre-bas ils infligent des pertes sévères aux français.
A ce moment sur la droite, la cavalerie française effectue sa jonction avec le corps de Junot qui arrive en renfort. Au même moment, Gudin relance un assaut sur le village. A la tête de ses hommes, il culbute les russes hors du village et pourchasse les survivants. Les français s'engouffrent dans le village et l'artillerie russe est réduite au silence. Fort de ce succès, Gudin sort du village en désordre et attaque le reste des grenadiers et les massacre. Les wurtembourgeois prennent à revers le reste de la division de grenadiers russes et les écrasent. Sur la gauche la dernière brigade de grenadiers russes se bat farouchement, appuyée par 24 pièces d'artillerie qui pilonnent depuis les hauteurs de Lubino. Toutefois, à 2000 contre 20 000 les russes finissent par craquer et sont finalement éliminés. Ney installe son artillerie et pilonne les hauteurs. Les pertes russes sont effroyables. au bout d'une heure, l'infanterie française passe à l'attaque : elle franchit la rivière, décharge ses mousquets et charge les russes. C'est une réussite malgré la sanglante contre-attaque russe. Dans les deux camps, les pertes sont lourdes mais l'avantage est aux français. Sur la droite les wurtembourgeois s'unissent aux français et franchissent également la rivière. Les russes d'abord culbutés se regroupent et lancent une puissante contre-attaque qui fait vaciller les troupes françaises. Alors que sur la droite, la cavalerie française engage le combat avec la cavalerie russe Junot refuse d'engager ses troupes et laisse la cavalerie légère française se faire disperser : il ne reste qu'un escadron français sur l'ensemble de la division. Voyant que les westphaliens de Junot n'engagent pas l'attaque la cavalerie russe fait volte-face et vient soutenir la contre-attaque russe sur le flanc gauche français. Voyant ses hommes vaciller, Ney s'élance à la tête d'une brigade d'infanterie et chasse les russes du village de Lubino, les français reprennent courage et repoussent les contres-attaques russes. Les wurtembourgeois chargent de face une batterie russe et la clouent sur place puis s'élancent sur la deuxième ligne russe et viennent s'écraser contre les grenadiers ennemis. Barclay de Tolly voyant Lubino aux mains des français, s'élance à la tête de la dernière brigade de grenadiers russes de réserve et tente une ultime attaque. Mais celle ci est repoussée par le lion rouge et ses hommes. Une autre attaque russe échouera encore mais nécessitera l'arrivée de Gudin pour stabiliser la situation.
La victoire revient donc aux français qui ont prit le village de Lubino cheers et sans l'aide de Junot le branleur silent

Raphaël

Messages : 85
Date d'inscription : 24/12/2011
Age : 19
Localisation : chez speedy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum